En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Logo partenaire logo CARRTEL

Centre Alpin de Recherche sur les Réseaux Trophiques des Ecosystèmes Limniques

UMR CARRTEL

Centre Alpin sur les Réseaux Trophiques et Ecosystèmes Lacustre

Zhong Xu - Thèse soutenue le 17 janvier 2014, Encadrement : Stéphan Jacquet

Diversité et rôle fonctionnel des virus phytoplanctoniques dans les lacs péri-alpins

Dans les milieux lacustres, le premier maillon trophique le plus caractéristique est le phytoplancton. Si la diversité de ces microalgues planctoniques est relativement bien connue, larégulation de cette diversité reste très largement méconnue. Pourtant, connaître les différents facteurs et processus de contrôle ainsi que leur impact et leur importance relative sur la communauté phytoplanctonique en terme de biomasse et de structure afin de mieux appréhender la dynamique des populations constitue un enjeu crucial pour les écologistes, les acteurs de la surveillance des plans d’eau et les gestionnaires de ces derniers. Parmi ces facteurs potentiels, le rôle des virus parasites du phytoplancton n’a encore jamais été évalué dans les grands lacs péri-alpins français.
Ce projet de recherche s’inscrit dans le contexte général d’étude du fonctionnement écologique des systèmes lacustres. Il se place ainsi au cœur des grands débats scientifiques actuels sur le rôle fonctionnel de la biodiversité et l’impact des changements locaux et globaux sur l’évolution des écosystèmes. Il a pour but de répondre à la question ciblée et originale en écologie fonctionnelle de la diversité des virus phytoplanctoniques et de leur rôle fonctionnel en tant que facteurs de régulation de leurs hôtes algaux en milieu lacustre.
Le projet ALGOVIR, financé par la Région Rhône-Alpes (octobre 2010 – septembre 2013), vise donc à caractériser la diversité virale phytoplanctonique au moyen de technologies novatrices (cytométrie en flux, PFGE, PCR-DGGE, séquençage, etc) et à déterminer le rôle des virus parasites du phytoplancton. Pour cela, deux types d’approches seront utilisées. La première, dite écosystémique, consistera à étudier l’évolution temporelle et spatiale des communautés en milieu naturel afin de déterminer les co-variations entre ces communautés et les facteurs potentiels de régulation. La deuxième, dite expérimentale, permettra de manipuler les facteurs de contrôle dans un système simplifié dans le cadre d’études en microcosmes in situ. Dans le cadre de ces deux types d’étude, les techniques classiques telles que la mise en culture et les expériences d’infection ainsi que les technologies les plus innovantes (méthodes de biologie moléculaires, séquençage) permettront de quantifier et déterminer la diversité spécifique des virus en milieu naturel. Les objectifs de ce projet, pour les lacs d’Annecy (oligotrophe) et du Bourget (mésotrophe), sont donc multiples : (i) suivre la dynamique des virus de microalgues et de leurs hôtes ; (ii) déterminer la diversité des virus du phytoplancton ; (iii) isoler et caractériser certains virus de microalgues clefs ; (iv) déterminer la part relative des différents processus de mortalité (parasitisme viral vs. broutage zooplanctonique) pouvant expliquer la dynamique de la diversité phytoplanctonique.
L’originalité de ce projet repose sur le groupe fonctionnel étudié qui représente une communauté biologique qui n’a encore jamais été prise en compte à ce jour dans l’étude des processus écologiques affectant la régulation des communautés phytoplanctoniques au sein des lacs péri-alpins dont la qualité des eaux dépend entièrement du bon fonctionnement de son réseau trophique. Le projet a donc un fort ancrage régional et se veut résolument innovant.
Les deux plus grands lacs naturels français, que sont les lacs d’Annecy et du Bourget, font l’objet de nombreuses recherches aux thématiques variées. De plus, la ré-oligotrophisation du lac du Bourget ouvre de nouvelles perspectives dans les questions scientifiques posées, notamment en ce qui concerne les facteurs de régulation des hydrosystèmes. En effet, les écosystèmes en cours de ré-oligotrophisation ne sont pas encore limités en ressources nutritives pour le développement planctonique. Une plus forte régulation de la dynamique et de la composition du phytoplancton par les facteurs de mortalité tel que le parasitisme viral est dès lors fortement pressentie.
Dans ce projet, le travail de thèse consistera plus particulièrement à :
- de déterminer la diversité génomique des virus par la technologie de PFGE (Pulse Field Gel Electrophoresis) et plus spécifiquement celle des virus de microalgues et de cyanobactéries au moyen de la PCR-DGGE (Polymerisation Chain Reaction – Denaturing Gradient Gel Electrophoresis) en utilisant des amorces spécifiques ciblant les protéines de la capside virale et des gènes impliqués dans la photosynthèse ;
- tenter de quantifier les virus phytoplanctoniques majoritaires au moyen de sondes spécifiques par PCR quantitative ;
- d’isoler, caractériser et affilier phylogénétiquement certains virus ;
- tenter d’apprécier leur rôle par rapport à d’autres processus de contrôle des populations phytoplanctoniques (typiquement le broutage classique) à l’aide d’approches in situ (méthode de dilution).